EDITO 09.18

Le Post

Ca fait un bon moment maintenant que le chantier d'été prend toute la place dans notre salle. Le sol du Zoo a perdu l'habitude de se faire agresser à coups de baskets dégueulasses. Son manteau habituel de vieille bière et de mégots de clopes commence à lui manquer. Maintenant que les vacances touchent à leur fin, les murs ont été repeints, les structures ressoudées, les subs nettoyés, on peut y aller.

 

Comme chaque année, c'est aux vétérans d'ouvrir le bal. Avec K-Hand, la "First Lady de Detroit", Luke Slater, Mr G, Jeff23, Asphalt Pirates et les parrains de la d'n'b Fabio & Grooverider, on a sept artistes qui ont plus d'un quart de siècle de musique derrière eux. Plus tard dans le mois ce sera au tour de Loefah et du grand Stingray de revenir au Zoo afin de nous montrer à nouveau des techniques développées sur plusieurs décennies.

 

Quelqu'un se souvient de la soirée "Qui Embrouille Qui" en Mai dernier ? Et bien on a été au Festival QEQ cet été, et tout comme ceux qui étaient là en Mai, on a eu un petit rappel que les analogies son / baston n'étaient pas juste des paroles en l'air. On a pris cher. C'est aussi là qu'on a eu l'occasion de rencontrer les Casual Gabberz, le crew d'énergumènes parisiens au léger penchant pour les paroles ghetto, les sonorités gabber (qui l'aurait deviné ?), et les maillots de foot vintage. Eux seront au Zoo le 22 du mois pour nous réveiller un lendemain de Dubquake à coups de pied de biche dans les tibias.

 

On a aussi le plaisir de bosser avec nos voisins de Positive Education Festival, qui posent chaque année une line-up de malade. Ce sera l'occasion d'entendre Les Fils de Jacob, histoire de voir si ce qu'ils mixent est aussi bien que ce qu'ils programment. D'ailleurs c'est avec eux que viendra l'artiste à ne pas rater ce mois-ci : Jensen Interceptor. Avec sept releases en 2018, le couz' de l'hémisphère Sud fait revivre la ghetto-tech à sa sauce et est devenu un nom essentiel de l'electro et de la techno brutalement oppressante.

 

Et voilà, on commence la saison avec de la techno industrielle, de la drum'n'bass, de la house bien sale, de la tribe, de l'electro, du dubstep, du dub, du gabber de l'ambient et de l'IDM. Entre les DJ sets traditionnels et les lives analogiques improvisés à huit personnes en quadriphonie, il y en aura pour tous les goûts.

On s'excuse auprès des voisins.  

 

- George