back to list

Asso

Le Zoo, qu'est ce que c'est ?

 

L’histoire commence dans le bâtiment de l’Usine. Depuis 1985, l’association « Etat d’Urgence » occupe le bâtiment de l’Usine de Dégrossissage d’Or situé place des Volontaires sur les bords du Rhône. Après quelques années de batailles politiques et médiatiques, la ville octroie le bâtiment de manière légale à l’association. Les associations PTR et Kab occupent le Rez de chaussée tandis que le 1er étage est attribué au Moloko et au Débido, un lieu étant à la fois un café, une brasserie populaire et un lieu de fête. En 1999, le Débido laisse place à la salle du Zoo qui prend la forme qu'on lui connaît aujourd'hui, avec pour but de promouvoir la musique dite « électronique ». A l’époque, le lieu révolutionne la nuit et offre à Genève le renouveau musical et alternatif dont elle a besoin.

Depuis maintenant 20 ans, Le Zoo participe largement à une offre culturelle diversifiée et de qualité dans le domaine des musiques électroniques. Avec plus de 100 soirées par saison, le premier étage de l’Usine a vu défiler de nombreux Djs et artistes internationaux, aujourd’hui mondialement connus. De part sa programmation pointue et engagée, la salle revendique son statut de défricheur. Si l’association a accueilli de nombreux DJ internationaux dans son enceinte, elle reste néanmoins un lieu tremplin à la scène locale. Autre exemple significatif de l’importance du Zoo dans le paysage culturel genevois, les festivals Mapping et Electron qui sont nés au sein de l’association et qui continuent de se dérouler aujourd’hui dans le murs du Zoo.

Souvent réduite àson activité musicale, il est important de rappeler que Le Zoo est également un lieu pionnier du vjing en Suisse. L’association a su se démarquer en se spécialisant dans cet art visuel qui associe manipulation de l’image, scénographies, et mapping structurel dans le but de mettre en valeur l’espace. Chaque semaine, l'équipe technique pense et crée des scénographies et des installations en alliant originalité et prouesses techniques. La salle est aujourd’hui une scène de référence pour les artistes VJ qui sont valorisés au même titre que les DJs. 

Acteur clé dans le domaine de la musique électronique à Genève ainsi qu’en Suisse, le Zoo a acquis une réputation au niveau européen digne des clubs des grandes capitales, collaborant avec des agences anglaises, allemandes ou encore américaines. L’association s’est créée un réseau professionnel conséquent dans le monde de la musique, ce qui lui a permis de collaborer avec d’autres clubs européens à Londres, Paris et Berlin. Aux yeux de nos collaborateurs internationaux, le Zoo est le lieu de référence en matière de musique électronique à Genève et en Suisse romande, grâce à sa programmation et son ancienneté.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'Usine

L’Usine c’est l’un des plus grands centres culturels autogérés d’Europe. C’est aussi une association regroupant 18 collectifs et associations, qui a établi son siège dans l’ancienne Usine Genevoise de Dégrossissage d’Or, attribuée par la Ville en 1989 à l’association Etat d’Urgences.

Elle propose une alternative culturelle et sociale riche, de par sa diversité, sa spontanéité et son engagement.

L’association revendique une éthique de vie et de travail fondée sur l’autogestion, le plaisir et l’ouverture aux autres. Le côté le plus visible de L’Usine est la programmation de spectacles, manifestations, fêtes, concerts et expositions dans les différents lieux qui la compose

Enfin, L’Usine c’est également une multitude d’ateliers et d’espaces de création. On y trouve le Studio des Forces Motrices, le studio Coffre-fort, le label Bru(i)t, l’atelier de sérigraphie Crache-papier, l’atelier d’Archicouture (couture et architecture), l’atelier de graphisme Compost, le salon de coiffure le Cheveu sur la soupe, le studio photo Azzuro matto, le label Urgence disk,qui est également un magasin de disque,  l’atelier d’impression ReklamRadio Usine la bien nommée, Zorro & Bernardo, sans oublier des locaux de répétition.

L’Usine est un lieu d’apprentissages, laissant la possibilité à chacun et chacune de se former sur le tas, tout en visant une certaine rigueur et en connaissant une professionalisation grandissante – 20 ans d’existence et de pratiques socioculturelles pousse forcément dans cette voie. Elle privilégie aussi les interactions entre les différentes entités présentes au sein de son bâtiment, par exemple en constituant des chaînes de production pour la musique (locaux de répétition, studios d’enregistrement, label, lieux de concerts), ou en organisant des événements dans plusieurs espaces simultanément.